Méditation: Noël, une parole à voir depuis là où je vis

Aller à Bethléem voir la Parole qui vient de naître

« Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.

L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. » Évangile selon saint Luc 2, 7-9

 

Les ‘premiers de la cordée’ chrétienne étaient les bergers. Ils ne devaient pas être de grands savants ! Faisant paître leurs moutons dans les alentours de Bethléem, ils devaient avoir grandi comme des enfants hébreux de la campagne. Ils sont les hommes de la solitude qui parlent avec le vent. Ils savent entendre les bruits de la nuit comme un ébéniste sait entendre la plainte d’un bois qu’il travaille ou un mécano le souffle anormal d’une soupape. La nuit des pâturages isolés est leur atelier de travail. Les premiers concernés par noël l’ont été sur le lieu même de leur vie quotidienne, à l’heure qui est la plus particulière à leur métier. On ne fait pas appel la nuit  à un laveur de carreaux ! On n’appelle pas un berger à midi, à l’heure où le danger dort et où tout se voit sans avoir besoin de regarder ! C’est de nuit…à l’heure du travail des bergers, celle à laquelle ils savent ‘lire leur troupeau’. Les bruits, les odeurs, les frémissements de formes, les mouvements de bande des moutons… tout cela est comme une langue de nuit qu’eux seuls connaissent.

Noël est une Parole à voir depuis là où je vis, sans avoir besoin de m’évader dans des lieux exceptionnels. Au contraire il me faut être au plus près de mon ‘heure d’homme’. C’est l’heure de Dieu. Le message de la nativité éveille le cœur des hommes et des femmes dans la langue de leur vie. J’aime quand l’Eglise, c’est-à-dire nos communautés, nos familles… célèbrent Noël comme leur premier Noël, comme des croyants – bergers surpris au cœur de leur longue veille de garde.

Père Jacques Sablon

extrait du livre « Je viens te parler de Celui qui a changé ma vie ». Le père Jacques y présente une suite de belles pages d’Évangile accompagnées d’une méditation.

contact: jacques.leclerc@lille.catholique.fr